Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Le Musée de l'Holographie avait son site depuis 1998 www.museeholographie.com  .Voici  maintenant le blog, pour des compléments historiques, techniques et les actualités.

Tous les textes et images sont protégés par le copyright.

Recherche

15 novembre 2005 2 15 /11 /novembre /2005 00:00

AMD prend des mesures pour contrer la fraude

Processeur

 
Suite aux problèmes de contre-façon qui ont touché les processeurs AMD et notamment ceux révélés la semaine dernière, la firme de Sunnyvales annonce aujourd'hui une mesure pour aider à identifier les consommateurs à identifier facilement les processeurs certifiés.

AMD annonce ainsi qu'il va placer sur toutes les versions "boîte" de ses processeurs, un nouvel hologramme. Pour rappel, les processeurs en boîte AMD d'origine achetés chez un revendeur ou un distributeur agréé, permettent aux clients de bénéficier d'un processeur accompagné d'une solution de dissipation thermique validée par AMD, ainsi que d'une garantie limitée de trois ans.

AMD Boîte hologramme


Toutes les solutions PIB d'origine (processeur en boîte, AMD Athlon 64 FX, AMD Athlon 64, AMD Sempron et AMD Opteron) arborent l'étiquette hologramme 3D dans l'angle inférieur gauche de l'emballage. AMD est l'une des premières entreprises à adopter une signalétique réalisée en technologie Dupont Izon. Cette étiquette associe une authentification visible, une structure infalsifiable et une chaîne d'approvisionnement sécurisée étroitement contrôlée, ce qui rend sa reproduction difficile. L'étiquette comprend une image en 3D avec parallaxe entourant le logo AMD Arrow dont les points représentent différents motifs comprenant un, deux, trois ou quatre points, en fonction de l'angle sous lequel on les regarde.

AMD utilisera différents supports de communication pour présenter cette nouvelle étiquette à ses clients à travers le monde, comprenant la communication électronique, la formation des clients, ainsi que des supports marketing pour points de vente.

Repost 0
15 novembre 2005 2 15 /11 /novembre /2005 00:00

LES LASERS ET L'HOLOGRAPHIE

Si une abondante littérature est disponible en anglais, beaucoup d'ouvrages en français accessibles à tous sont épuisés mais vous pouvez en consulter quelques uns à la Médiathèque de la Cité des Sciences.

FRANCAIS
Titre Auteur Editeur
TECHNIQUE
Granularité laser Maurice FRANCON MASSON
Hologrammes Graham SAXBY MASSON
Holographie Jean HERAUD DUNAND
Holographie Chris OUTWATER L'ETINCELLE
Holographie Maurice FRANCON MASSON
Holographie industrielle Paul SMIGIELSKI TEKNEA
Holographie optique J.Ch. VIENOT DUNOD
Introduction aux lasers D. O'SHEA EYROLLES
La lumière  GALLIMARD
La lumière du laser guide d'expériences HENRI et JOUANISSON MASSON
La pierre de cristal CASTERMAN
Le laser QUE SAIS JE
Le laser, principes et techniques d'application H. MAILLET LAVOISIER TEC ET DOC
Les lasers et leurs applications L. DETTWILLER ELLIPSES
Les lasers et leurs applications ORZAG MASSON
Les lasers, principes et fonctionnement R. DANDLIKER PRESSES ROMANDES POLYTECHNIQUES
Introduction aux lasers et à l'optique quantique Gilbert GRYNBERG, Alain ASPECT ELLIPSES
L'image en relief Olivier CAHEN MASSON
L'optique dans l'audiovisuel Pierre Marie GRANGER AAA
Lumières Pierre LENA INTEREDITION
Le paradigme holographique WILBER
Secret de la lumière GALLIMARD JEUNESSE
Stéréomagie SEUIL
PHILOSOPHIQUE OU FICTION
Le château des Carpathes Jules VERNE
La mémoire de Markov Jacques VALLEE MERCURE DE France
L'univers est un hologramme Michael TALBOT L'AGE D'ETRE
Avant le Big Bang Richard SUNDER QUINTESSENCE
QUELQUES REVUES
National Geographic mars-84 un hologramme en couverture
National Geographic aout 98 Mars et Titanic en 3D (anaglyphes)
Science et Vie mars-94 n°86 consacré à la lumière
Science et Vie Junior oct-98
Science et Vie Junior janv-99
POUR LES JEUNES
Les petits débrouillards par le pt Scientifix n° 2, 3 et 4 BELIN
Je m'amuse avec la science - lumière et couleurs Gary GIBSON MILLEPAGES
101 expériences amusantes - quand la physique
devient un jeu Roy RICHARDS GRUND

Repost 0
Published by Anne Marie CHRISTAKIS - dans Bibliographie sur l'holographie
commenter cet article
14 novembre 2005 1 14 /11 /novembre /2005 00:00

Jusqu'au 6 novembre à 19 heures, le Cercle artistique Sedanais  présente à la salle Marcillet dans le cadre du Salon Fantastique Chiméria un "Hommage à Jules VERNE ".

De nombreux artistes de l'imaginaire sont présents dont Michel BASSOT et  Petrov GLADSKY (venu de Moscou avec sa charmante épouse) et, pour la seconde fois à Sedan, le Musée de l'Holographie.

N'oublions pas que magie est l'anagramme d'image et que l'hologramme est l'image totale.

On peut donc voyager dans l'espace avec "Orbitown", ville spatiale imaginaire représentée en hologramme de transmission géant, la navette spatiale en orbite autour de la terre et Jupiter, flottant dans l'espace en stéréogrammes 120°.  Il y a naturellement aussi des hologrammes de réflexion dont Gargoye, météorite achromatique de John KAUFMAN.

Les hologrammes sont situés de part et d'autre de la grande scène sur laquelle on voit une maquette animée du Nautilus, attaqué par le calamar robotisé. C'est une création de l'atelier ACBS, animé par Carole et Bruno SEPEINA.

Repost 0
Published by Anne Marie CHRISTAKIS - dans Expositions d'hologrammes
commenter cet article
7 novembre 2005 1 07 /11 /novembre /2005 00:00

L'holographie ultrasonore à balayage

 

Source : France-science, le 01/11/2005 à 13h56

 

 

 

 

Pouvoir caractériser la structure d'un matériau ou d'un objet au-dessous de sa surface avec une très bonne résolution spatiale reste un objectif difficile à atteindre avec les moyens disponibles actuellement.

Une voie possible est l'utilisation de méthodes faisant appel à des ondes sonores plutôt qu'à la lumière. Les microscopes acoustiques sont d'ailleurs des outils performants qui permettent d'obtenir des images de motifs enterrés dans les composants électroniques, mais leur résolution spatiale reste typiquement dans la gamme des 100 micromètres.

Des progrès importants ont été réalisés au cours des trois dernières années avec le développement de microscopes à force ultrasonique, qui couplent l'utilisation d'ondes ultrasonores à un microscope à force atomique, et permettent d'obtenir des images révélant des changements de propriétés élastiques d'un échantillon avec une résolution de 10 nanomètres.

Un nouveau pas en avant vient d'être franchi, avec la technique d'holographie ultrasonore à balayage que viennent de développer les chercheurs de l'équipe du Professeur Vinayak Dravid, à Northwestern University et qui améliore encore la résolution spatiale et la profondeur analysée. Dans leur système, deux ondes acoustiques de fréquences légèrement différentes sont émises depuis la pointe du microscope à force atomique et l'arrière de l'échantillon. L'interférence entre ces deux ondes forme une onde stationnaire acoustique de surface. Si des motifs enterrés sont présents, ils modifient la phase et l'amplitude de cette onde stationnaire, et le cantilever détecte ces variations.

En balayant la surface de l'échantillon, on peut ainsi obtenir l'image des objets qui sont responsables des perturbations de l'onde acoustique. Les exemples d'images réalisées par l'équipe aussi bien sur des nanostructures typiques des circuits intégrés que sur des cellules du sang montrent que cette technique est bien adaptée à la caractérisation de divers types d'échantillons, qu'il s'agisse de matériau durs, ou au contraire mous, comme des polymères ou des structures biologiques, ou encore de matériaux hybrides.

Son excellente résolution spatiale dans la gamme des 10-100 nanomètres et son caractère non destructif en font certainement une technique d'avenir dans des domaines aussi différents que la biologie ou la physique des dispositifs électroniques.

 

Repost 0
Published by Anne Marie CHRISTAKIS - dans Actualites
commenter cet article
5 novembre 2005 6 05 /11 /novembre /2005 00:00

 

L'UNIVERS EST UN HOLOGRAMME

C'est le titre de l'ouvrage de Michael TALBOT, publié aux Editions l'Age d'Etre et préfacé par Patrice Van Eersel. C'est aussi la conclusion de l'ouvrage de Richard Sunder, Avant le Big Bang, publié aux Editions Quintessance.

Dans la lignée des travaux de Karl PRIBAM et de David BOHM, son modèle affirme que le cosmos a pour projet de prendre l'absolue conscience de lui même et de revivre toute son histoire, mémorisée sous forme holographique, dans le tissu même de l'espace-temps.

" Les ondes électro magnétiques constituent dans leurs interférences les images des objets et des événéments qu'elles balaient. Les ondes électro magnétiques baignent dans le maillage corpusculaire discontinu des vidéons.  Donc, les ondes électro magnétiques, qui sont analogues aux faisceaux laser de l'hologramme, mémorisent tout le film de l'histoire du Cosmos et le gravent dans les vidéons.

Donc, la mémoire du monde et de tous les évènements qui s'y sont produits est intégralement holographiée, mémorisée et conservée dans le tissu vidéonique du Cosmos."

Hologramme de transmission géant "Galaxie"

 

" C'est donc toute la mémoire du film  du Cosmos qui est alors projetée, en trois dimensions, dans l'écran cristallisé de le Géode cosmique qui l'amplifie et la réfléchit à l'infini optique...C'est toute l'histoire du Cosmos qui est résuscitée, dans cette dernière phase du cycle cosmique - en trois dimensions, stéréophonie et chaîne absolue fidélité - et plus vraie et réelle que le réalité : la surréalité ".

Pour en savoir plus, lisez l'ouvrage qui évoque aussi la polémique avec les Frères BOGDANOV, accusés de plagiat, mais ceci est une autre histoire.

 

Repost 0
Published by Anne Marie CHRISTAKIS - dans Bibliographie sur l'holographie
commenter cet article
4 novembre 2005 5 04 /11 /novembre /2005 00:00

DE LA PHOTOGRAPHIE A L’HOLOGRAPHIE

  

 

Depuis son invention par Nicéphore Niepce en 1816, la photographie n’a subi aucun changement de principe fondamental.

 

La conquête de la couleur et du mouvement ont certes été des développements importants mais la photographie ne montre qu’un aspect de la réalité, un seul point de vue. Elle n’enregistre que des intensités lumineuses qui se traduisent par des différences de couleur.

 La stéréoscopie donne une impression de relief, l’holographie, elle restitue le double parfait de l’objet enregistré, en volume de lumière.

 Nous vivons dans un monde à trois dimensions, or les images qui se forment sur notre rétine sont à deux dimensions, et pourtant nous voyons en relief.

 

 L’intérêt pour le relief n’est pas nouveau. Dès la Grèce Antique, Euclide savait déjà que l’œil droit voit une scène différemment de l’œil gauche. Il avait compris les mécanismes de la vision binoculaire qui permettent la fusion de deux images pour donner une impression de relief.

 Lorsqu’on photographie un même objet sous des angles différents, les images ne sont pas superposables . De même, les images reçues par nos deux yeux sont différentes. Le cerveau interprète ces différences pour évaluer la profondeur.

 Les procédés stéréoscopiques sont tous basés sur la vision binoculaire et comportent deux images, l’une pour l’œil droit, l’autre pour l’oeil gauche. Le cerveau les fusionne et recrée le relief.

 Le principe de l’holographie a été découvert par Dennis Gabor en 1947 ( Prix Nobel en 1971) mais il fallut attendre la mise au point des lasers pour voir son application au début des années soixante parallèlement  aux Etats-Unis et en Russie.

 Il est à noter que si les physiciens américains Leith et Upatnieks ont appliqué le laser à l'invention de Gabor, le russe Yuri Denisyuk a lui, trouvé son inspiration dans les travaux  de Gabriel Lippman, physicien français, inventeur de la photographie interférentielle, ( Prix Nobel 1908).

 Dennis GABOR, inventeur de l'holographie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Anne Marie CHRISTAKIS - dans Historique de l'holographie
commenter cet article
4 novembre 2005 5 04 /11 /novembre /2005 00:00

LES PRECURSEURS

 - 300 av. J.C. Aristote remarque que s'il se trouve un orifice dans l'une des parois d'une pièce sans fenêtre, une image inversée du paysage faisant face à cet orifice apparaît sur le mur opposé.

 - 1515 Léonard de Vinci décrit avec précision la "caméra oscura" ancêtre de l'appareil photographique.

 - 1801 Thomas Young émet la théorie de la nature ondulatoire de la lumière qui sera à la base de l'holographie.

 - 1816 Nicéphore Niepce invente la photographie.

 - 1839 La France fait don au monde entier de la découverte de la photographie.

 - 1891 Gabriel Lippmann, Prix Nobel 1908, réalise les premières photographies interférentielles en couleur et propose dès 1908 "une photographie intégrale", c'est-à-dire en relief.

 - 1895 Les frères Lumières présentent les premières projections cinématographiques.

 LA DECOUVERTE DES LASERS ET DE L'HOLOGRAPHIE  

- 1917 Albert EINSTEIN, par ses travaux sur l'émission stimulée, pose les bases théoriques pour la mise au point des lasers.

- 1947 Dennis Gabor, Prix Nobel 1971, imagine de superposer à l'onde lumineuse réfléchie par un objet une onde cohérente de référence et propose pour sa découverte le terme holographie ou écriture totale, du grec holos : tout et graphein : écrire).

- 1964 Les physiciens américains Leith et Upatnieks appliquent le laser aux travaux de Gabor et présentent les premiers hologrammes d'objets tridimensionnels. A la même époque, le physicien soviétique Y. Denisyuk propose une méthode d'enregistrement inspirée des travaux de Lippmann qui permet de restituer les images en éclairant l'hologramme en lumière naturelle.

 - 1964 Prix Nobel pour les lasers : Schawlov et Townes aux USA, et Basov en URSS.

 - 1965 Applications industrielles : l'interférométrie (contrôles non destructifs) Karl Stetson et Robert Bowel publient leurs études de l'analyse des vibrations en utilisant l'holographie.

 - 1968 Stephen A. Benton développe l'hologramme de transmission visible en lumière blanche. Cet hologramme est aussi connu sous le nom d'hologramme arc-en-ciel car il a les couleurs de la lumière blanche décomposée par un prisme.

- 1974 Michael Foster met au point une technique pour estamper les interférences directement sur du plastique et produire des hologrammes en production de masse à des coûts très bas.

 - 1975 Les grands hologrammes. L'hologramme la Vénus de Milo (1m x 1m50) est réalisé au LOBE (Laboratoire d'Optique de Besançon).

 - 1977 En Union Soviétique, Victor Komar produit un film holographique de 47 secondes. A la même époque, Llyod Cross aux USA  perfectionne son système de film holographique et commence à produire des stéréogrammes. Ce type d'hologramme restitue à la fois le relief et le mouvement. Le personnage animé flotte dans l'espace au centre d'un cylindre de plexiglas.

 - 1980 Le Musée de l'Holographie ouvre ses portes à Paris le 26 mars.

 - 1982 Le LOBE réalise la première expérience cinéholographique présentée au Collège de France avec le LEAC.

 - 1983 Le Musée de l'Holographie organise à Pékin une exposition qui accueille plus de quatre mille visiteurs par jour au Palais des Expositions.

 - 1984 L'holographie pénètre dans la vie de tous les jours : les cartes de crédit utilisent un hologramme, les scanners holographiques décodent les codes barres dans les supermarchés. National Géographic sort un numéro à 11 millions d'exemplaires avec un hologramme en couverture.

 - 1985 Le laboratoire du Musée de l'Holographie s'ouvre aux artistes. Une série d'hologrammes est réalisée pour l'Exposition Universelle de Vancouver avec l'artiste Michaël Snow.

ALEXANDER, Margaret BENYON, Dominique MULHEM, Josette RISPAL entre autres fréquentent le laboratoire du Musée de l'Holographie.

- 1985 Le Musée de l'Holographie coproduit avec l'ISL le premier film holographique de fiction "La Belle et La Bête" d'Alexander.  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Anne Marie CHRISTAKIS - dans Historique de l'holographie
commenter cet article
4 novembre 2005 5 04 /11 /novembre /2005 00:00


ENREGISTREMENT D’UN HOLOGRAMME 

 Le laser émet un faisceau de lumière cohérente et monochromatique. Pour réaliser un hologramme, ce faisceau est divisé en deux par une lame séparatrice . Une partie est appelée le faisceau objet, l’autre le faisceau de référence.

 

 

 Le faisceau de référence, est agrandi par une lentille divergente puis dirigé à l'aide d'un miroir  sur la plaque photosensible.

 

 

Simultanément, le faisceau objet  est  agrandi par une autre lentille divergente  puis dirigé par un miroir pour éclairer l'objet qui le diffuse sur la plaque.

 Lorsque les ondes réfléchies par l’objet  rencontrent les ondes du faisceau de référence, elles se combinent  et forment un réseau de franges interférentielles. Aucune image directe de l'objet ne se forme mais c’est cette information d’interférences, mémorisée sur la plaque qui enregistre les caractéristiques de l'objet.

 

 

RESTITUTION DE L'IMAGE HOLOGRAPHIQUE

 

Après développement de la plaque, on obtient l'hologramme. En remettant la plaque sur le support et en l’éclairant avec  un laser sous l’angle du faisceau de référence, on reconstruit le front d'ondes porteuses d'informations de l'objet et l'image holographique apparaît, en trois dimensions, flottant dans l’espace, exactement à la place de l’objet originel.

 

 

A partir de cet hologramme visible au laser, on réalise d'autres hologrammes visibles à la lumière blanche soit par réflexion (éclairage par l'avant), soit par transmission (éclairage par l'arrière) selon la direction du faisceau de référence.

 

 

 

 

   Main papillon, Ian GINN

Hologramme visible par réflexion, en lumière blanche, c'est à dire avec un simple spot halogéne ou à la lumière du soleil, sous un angle de 45°.

Deux images ont été enregistrées sur la même plaque avec un léger décalage angulaire, vous voyez donc, tantôt les mains fermées, tantôt ouvertes, d'où s'échappe un papillon.

Extrait de la brochure : la Magie du Laser 2003
Troisième édition

 

Repost 0
Published by Anne Marie CHRISTAKIS - dans Technique de l'holographie
commenter cet article
4 novembre 2005 5 04 /11 /novembre /2005 00:00

 LE LASER

 

 

 Le mot LASER est l’acronyme de « Light Amplification by Stimulated Emission of Radiation  »  c’est à dire amplificateur de lumière par émission stimulée de radiation.

 Les premiers lasers naissent dans les années soixante et trouvent très vite de multiples applications. Ils sont maintenant présents dans la vie quotidienne, dans nos lecteurs de disques compacts ou dans les lecteurs de codes barres des supermarchés.

Dans l’industrie, ils coupent, soudent et percent ; en chirurgie ils brûlent les parties malades sans altérer les parties saines ;  et leurs faisceaux rectilignes servent à aligner des routes, à construire des immeubles (Tour Montparnasse)…

Les lasers servent aussi dans la télémétrie : en mesurant le temps mis par un faisceau pour l’aller et retour, on calcule la distance séparant la source laser d’un obstacle. Cette méthode a permis de calculer la distance de la terre à la lune.   

Le premier laser était un laser à rubis qui fonctionne comme un flash, en quelques nanosecondes (milliardièmes de secondes). Il permet de figer le mouvement et donc de réaliser des portraits de personnages vivants, contrairement aux autres lasers utilisés en holographie, qui eux, fonctionnent en continu et exigent une stabilité absolue pour enregistrer un hologramme.

 Le principe de base commun à tous les lasers est celui de l’émission d’une radiation par un atome.

 Le rayonnement laser est produit  dans un oscillateur en forme de tube qui comporte un miroir à chaque extrémité. L’un des miroirs est semi- transparent.

 Le milieu actif peut être sous forme solide (rubis) liquide comme certains colorants, ou de gaz, tel le gaz carbonique. Les deux miroirs forment la cavité résonante qui  augmente la puissance du rayon laser produit dans le milieu  actif. La lumière laser qui se réfléchit entre les miroirs atteint alors une intensité suffisante pour traverser le miroir semi-transparent et émettre le faisceau laser.

Repost 0
Published by Anne Marie CHRISTAKIS - dans Technique de l'holographie
commenter cet article
3 novembre 2005 4 03 /11 /novembre /2005 00:00
HORIZONS DE L'OPTIQUE - JOURNEES NATIONALES DE L'OPTIQUE GUIDEE 
2 conférences regroupées à
CHAMBERY - 8 - 10 NOVEMBRE 2005
site
http://www.france-optique.org/indexfram.html



METHODES ET TECHNIQUES OPTIQUES POUR L'INDUSTRIE
MARSEILLE - 21 - 25 NOVEMBRE 2005
site
http://www.france-optique.org/indexfram.html




Il est encore temps de vous inscrire auprès du secrétariat de la SFO
Fax 01 69 85 35 65.


Repost 0
Published by Anne Marie CHRISTAKIS - dans Actualites
commenter cet article

Articles Récents

Liens