Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Musée de l'Holographie avait son site depuis 1998 www.museeholographie.com  .Voici  maintenant le blog, pour des compléments historiques, techniques et les actualités.

Tous les textes et images sont protégés par le copyright.

Recherche

15 juin 2012 5 15 /06 /juin /2012 15:25
Il s'agit seulement d'une illusion d'optique connue depuis le 17ème où Kircher et d'autres faisaient apparaître des spectres en haut de miroirs cylindriques, technologie adaptée récemment aux miroirs paraboliques "Mirage" où, en plaçant un objet à l'intérieur du miroir, on le voit en lévitation dans l'espace. Eux aussi se prétendent holographiques, tout comme les spectres de la maison hantée de Disneyland et pourtant, pas de haute technologie laser !
 
 
image_1.jpg
  
                                                                          Illustration du 18ème
Inventé en 1862 par un certain Henry Dircks, puis adapté peu après au théâtre par John Pepper ; ce procédé, vieux de presque 150 ans, reste un des plus utilisés aujourd’hui pour créer des images en lévitation dans l’espace.
Son principe : des objets ou des acteurs apparaissent ou disparaissent de façon fantomatique…
L'invention de cette illusion par un certain Henry Dircks remonte à 1862, il créa un effet d'optique qui semblait faire apparaître et disparaître des fantômes sur scène. Cette technique a été mondialement utilisée et certains l’utilisent sous le nom de « Dircksian Phantasmorgia ».
 
La même année, John Henry Pepper, chimiste et professeur à la Royal Polytechnic, s'impliqua à son tour dans l'illusion après avoir vu le show de Henry Dircks. Pepper s'était rendu compte, qu'avec quelques modifications techniques, l'illusion pourrait être plus rentable pour les propriétaires de salles.
Sa première démonstration eut lieu lors d’une scène d'une œuvre de Charles Dickens et remporta un vif succès. C’est ainsi que l'illusion est connue sous le nom de Pepper's Ghost.

Comment ça marche ?
L'illusion se produit en utilisant des plaques de verre et des effets d’éclairage. L'acteur qui incarne le fantôme ou l’apparition est placé dans une pièce sombre invisible du public (sous-sol ou coulisses). 
Une plaque de verre est placée à 45 degrés dans la salle principale, de telle manière que le public ne la voit pas. Dans la pièce cachée, la lumière est projetée sur l'acteur. La lumière est alors projetée, ce qui reflète l'image sur scène.
 
Le public peut alors voir le reflet de l'acteur. En raison de l'angle de la vitre, la réflexion semble apparaître en trois dimensions. Il est alors possible de « voir » les acteurs sur scène interagir avec le «fantôme».
 
Aujourd'hui, bien que des améliorations aient été apportées, les principes de Dircks sont toujours utilisés.
Les musées du monde entier utilisent les techniques de Pepper's Ghost pour des expositions sensationnelles ; la technique est également encore très prisée dans les maisons hantées (Disneyworld l’utilise dans la ''Maison hantée'').
 
 Les technologies modernes s’étant bien sûr ajoutées au système de base, on peut par exemple remplacer la scène secondaire par une projection pour faire apparaître des personnages virtuels.
La taille nécessaire à l’animation s’en trouvant réduite, celle-ci peut désormais être utilisée dans davantage de situations.
L’un des exemples d’utilisation parmi les plus concluants est la technologie de Musion.
Al Gore, Céline Dion avec Elvis ou encore Madonna avec Gorillaz ont récemment utilisé cette technologie. Beaucoup d'autres suivront. C'est moins compliqué que l'holographie. Mais c'est l'holographie qui fait fantasmer, d'où l'utilisation du nom. Gainsbourg disait bien, qu'ayant tout connu, son rêve était de baiser un hologramme !
 tupac-2pac-coachella-2012-hologram-530x299.jpg
 
Alors le fantôme de TUPAC, spectaculaire, oui mais pas holographique.
 
 
 
    

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne Marie CHRISTAKIS - dans Technique de l'holographie
commenter cet article

commentaires

Articles Récents

Liens